Le vélo est le nouveau romantisme (Ep. 36)

L’éducation sentimentale.

Ce roman dans lequel Frédéric écrit au travers de ses yeux nous transporte dans un amour irrépressible, inconditionnel, la folle envie d’apprendre auprès d’une maturité dont la morale réprouve l’accès.

Maintenant que votre fiche de lecture pour le grand oral du baccalauréat est terminée, vous pouvez vous préoccuper du roman de votre vie cyclable dans les rues de la cité.

Le propos de ce billet n’est pas de vous expliquer où trouver comment vous former à la circulation agréable à vélo dans les villes. Pour cela vous avez d’innombrables ressources…


L’essentiel est accessoire

NDLR : ce billet et ne fait l’objet d’aucune rémunération de son auteur par aucune des marques ni revendeur qui pourraient se reconnaître.

Voilà, it’s #NewBikeDay, le jour où le nouveau vélo tant convoité est à vous. Le vélociste n’a pas manqué de vous vendre un antivol et pour certains un casque.

Ce vélo, tout beau, tout neuf ou d’occasion, c’est le vôtre, l’unique quand bien même ses cousins ont été produits à des centaines de milliers d’exemplaire. Il est unique singulier comme vous. Au premier tour de pédale vous voilà si fier(e), que cela soit pour…


A l’intersection il faut céder le passage.

Photo : https://twitter.com/Narno

Ce billet est une tentative où l’épicène ne suffira pas. Je serai peut-être obligé d’utiliser le point médian. Sois tolérant.e, c’est une expérience que je me dois de faire alors qu’elle a longtemps heurté mon éducation. J’ai appris au XXième siècle que le masculin était le genre du neutre sans savoir qu’explicitement c’était pour reléguer le féminin comme un genre mineur. Revenons à ce qui nous fait plaisir ici.

Partager sa route avec d’autres cyclistes est un des bonheurs les plus estimables. Je vous ai souvent raconté les rencontres impromptues et les quelques…


La transmission

J’ai écrit avec un stylo à piston. Quand le réservoir était vide, on débouchait le flacon en verre aux facettes de diamant, puis la plume au dessus, on tournait l’arrière du stylo, et la plume plongée dans l’encre, l’aspiration du précieux liquide s’effectuait en tournant dans l’autre sens. On ne manquait pas de s’en mettre un peu sur les doigts qu’on asséchait sur le buvard. Aujourd’hui, je reprends le clavier.

Aux aficionados du clivage SRAM / Shimano alléchés par le titre, ne m’en veuillez pas de la duperie facile pour faire monter mes statistiques de lecture. Ce billet…


C’est pas du tuto Youtube, mais ça pourrait…

Parce que je vous partage les photos de mes destriers adorés sur un réseau décrié aujourd’hui pour ses débordements de déplaisir, j’ai été interpellé après la publication de la photo ci-dessus.


Bright Mirror c’est la rencontre de ceux qui ne cèdent pas à la facilité des dystopies provoquées par nos peurs, souhaitent sortir du binge-watching de séries inquiétantes.

Depuis trois ans environ, l’équipe de Bluenove, invite des citoyens venus de tous horizons partager un moment pour écrire des histoires qui mériteront d’être vécues.

A la première édition, je m’étais rendu au lieu du rendez-vous, ou pour vaincre ma timidité, Olivia avait accepté de m’accompagner. Les groupes se sont rapidement formés, sans se connaître d’avance. Accompagnés par une professionnelle de l’écriture. La séance de rédaction dure à peine quarante cinq minutes. C’est…


La gloire de mon père

Série Twitter @renaud_epstein “Un jour, une ZUP, une carte postale”

Dans cette banlieue des trente glorieuses, chacun restait à sa place de l’ordre économique et social qui lui avait été assignée. Le progrès était pour tous, avec un bidet dans les salles de bains, un vide ordure sur la loggia, et une place de garage ou de parking attitrée à chaque logement. Les chênes avaient été préservés, et une grande pelouse interdite au enfants s’étale toujours entre les immeubles.

Tous n’avaient pas d’automobiles, et chacun restait sagement à sa place sans réclamer mieux. Il y…


Faire durer

Cette année un satané Pangolin nous a volé notre printemps.
A la sortie de l’hiver, pauvres marmottes, nous sortons d’habitude de notre hibernation, de notre confinement du fond du canapé tout juste éclairés par le scintillement de l’écran ou bingent les séries des week-ends toujours froids, humides et à la durée du jour bien trop courte.

Au printemps, c’est le moment où revient l’envie, le temps où l’on se prend à rêver de circumcylopedie. On dérouille autant les articulations que les maillons de la chaine de transmission dans ces premières balades, tentant de maximiser le temps de clarté…


Velook.fr

La fin du vélo

Les vélos ont totalement disparus. Personne ne l’avait prédit.

Et à vrai dire tout ce que nous avions mû avec des roues n’existait plus. La bicyclette avait été la dernière à résister, et quelques nostalgiques tentaient encore d’en maintenir en état de fonctionner et on les voyait s’échiner à tenter d’avancer. Cachés, pour ne pas ne pas finir dans une geôle où croupissaient les incrédules, comme les sorcières médiévales qu’on sacrifiait au bûcher, ceux-là étaient pourchassés par les RP, la police des réseaux.

Qu’avait-il donc pu se passer pour qu’après un millénaire de véhicules à roues ceux-ci soient forcés…


Journal de confinement

Hello all, ravi d’avoir de vos nouvelles et de savoir que tout va bien pour vous.

Quand à moi, je suis Bernard Moitessier. Ce navigateur qui partant pour la première course autour du monde par les trois caps en solitaire et sans assistance, décide alors qu’il est en tête au cap de Bonne espérance, de ne pas remonter vers le Nord, et file vers le Pacifique pour sauver son âme.

Le cap du premier choc passé, l’inquiétude des très proches sans cesse exposés au risque toujours en arrière plan et désormais supportable au quotidien, je n’attends plus…

Dans les limbes

Iconoclaste éclectique

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store